23/04/2012
Questions politiques et démocratie
Il est essentiel que l’élan réformateur continue au Maroc, selon Luca Volontè


Luca Volontè (Italie, PPE/DC), rapporteur de la Commission des questions politiques et de la démocratie de l'APCE sur l’évaluation du partenariat pour la démocratie avec le Parlement du Maroc, a effectué une visite d’information au Maroc du 16 au 19 avril 2012.

Au cours de sa visite, le rapporteur a rencontré les Présidents des deux Chambres du Parlement marocain, des présidents des principaux groupes politiques et de commissions, ainsi que des membres de la délégation marocaine auprès de l’Assemblée. Il s’est également entretenu avec les Ministres de l’Intérieur et de la Justice, le Président du Conseil National des droits de l’homme et le Président de la Haute Autorité des Communications audiovisuelles.

A l’issue de la visite, le rapporteur a fait la déclaration suivante :

« Le Parlement du Maroc a été le premier à demander, et à se voir octroyer, le statut de Partenaire pour la démocratie. Il a donc joué le rôle de pionnier dans ce domaine, et a ouvert la voie aux autres.

Il faut que le Parlement maintienne ce rôle, difficile mais honorable, en assurant la mise en œuvre exemplaire des engagements politiques et des réformes visées par la Résolution 1818 (2011).

Le Maroc est bien engagé sur la voie des réformes politiques initiées par le Roi en mars 2011. La nouvelle constitution est désormais en vigueur et sa mise en œuvre a porté les premiers fruits : la composition du gouvernement formé à la suite des élections de novembre 2011, que notre Assemblée a observées, reflète la volonté des électeurs. Le rôle politique du Parlement dans le système institutionnel a été consolidé.

Certes, beaucoup reste à faire, notamment dans les domaines de l’égalité et de parité entre hommes et femmes, de la réforme du système juridique et judiciaire, de la lutte contre la corruption, et dans bien d’autres domaines. Nous espérons également la transformation du moratoire sur les exécutions, en vigueur depuis 1993, en abolition de la peine capitale.

Il est essentiel que l’élan réformateur continue, et embrasse tous les domaines mentionnés dans notre Résolution. L’Assemblée, ainsi que le Conseil de l’Europe dans son ensemble, sont à la disposition des autorités marocaines, notamment dans le cadre des Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage qui devraient être signées en marge de la session d’avril de l’Assemblée.

J’encourage donc nos amis marocains à profiter pleinement des possibilités ouvertes par leur rapprochement avec le Conseil de l’Europe pour faire progresser la démocratie, l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme dans leur pays, pour le bien du peuple marocain. »
 

 

Adresse / Contact us webmaster.assembly@coe.int ...