26/04/2012
Session
Syrie : l’APCE salue l’émergence d’une position commune de la communauté internationale

Strasbourg, 26.04.2012 – A l’issue d’un débat d’urgence sur la situation en Syrie, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a fermement condamné les graves violations des droits de l’homme commises par les forces militaires et de sécurité syriennes. Elle déplore aussi les violations persistantes du cessez-le-feu prévu par le plan de paix de Kofi Annan et le nombre croissant de victimes. L’APCE a aussi condamné les violations des droits de l’homme par certains groupes armés combattant le régime.

En même temps, elle a salué « l’émergence progressive d’une position commune » de la communauté internationale avec l’adoption à l’unanimité de deux résolutions des Nations Unies les 14 et 21 avril 2012, autorisant le déploiement en Syrie d’observateurs militaires non armés de l’ONU pour rendre compte de la mise en oeuvre de la cessation totale de la violence armée. L’Assemblée a souligné que pendant plus d’un an, la communauté internationale, sur qui pèse une lourde responsabilité, avait été incapable de convenir d’une action sur la Syrie – avec deux projets de résolution des Nations Unies qui avaient fait l’objet d’un veto de la part de la Russie et de la Chine en octobre 2011 et en mars 2012.

Les parlementaires ont également précisé que la mise en œuvre du plan de paix de Kofi Annan et l’arrêt total des violences devraient au final garantir la transformation démocratique en Syrie, créer progressivement les conditions propices à la « mise en place d’un processus politique, dirigé par les Syriens », et à terme, à la conduite d’élections libres et équitables.

Par ailleurs, suivant les conclusions du rapporteur sur la question, Pietro Marcenaro (Italie, SOC), l’APCE a invité les groupes d’opposition nationale « à s’unir, afin de se présenter en tant qu’alternative légitime offrant à tous les citoyens syriens, quelles que soient leur origine ethnique, leur culture et leur religion, la perspective d’une Syrie démocratique et pluraliste ». Le respect effectif des droits de l’homme et des minorités est une condition préalable à l’unification et au renforcement de cette opposition, selon l’Assemblée.

Résultat du vote
Texte adopté
Rapport
Vidéo : interview de Pietro Marcenaro

 

Adresse / Contact us webmaster.assembly@coe.int ...