02/05/2013
Questions sociales, santé et développement durable
Mesures pour protéger pleinement les femmes et les filles dans le monde

Strasbourg, 02.05.2013 – Réagissant à la mort, lundi 30 avril, d’une fillette de cinq ans qui avait été violée deux semaines plus tôt dans l’Etat de Madhya Pradesh situé au centre de l'Inde, la nouvelle rapporteure générale sur les enfants, Stella Kyriakides (Chypre, PPE/DC), et le rapporteur général sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes, José Mendes Bota (Portugal, PPE/DC), de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, se sont dits préoccupés par le fait que la vie et la sécurité des femmes, des jeunes filles et des fillettes sont loin d’être pleinement garanties dans le monde et que même les membres les plus vulnérables de la société ne peuvent être protégés à temps.

Les Etats membres du Conseil de l’Europe ne devraient pas garder le silence, même lorsque des violences sexuelles sont commises dans des pays lointains. Dans un monde globalisé, où l’on est informé très rapidement de graves crimes commis ailleurs, on ne peut invoquer l’ignorance. Pour protéger efficacement les femmes et les filles dans le monde entier, il faut considérer que ces faits sont de « l’information » et qu’ils devraient chaque fois inciter toute personne en position d’agir à se mobiliser.

Dans ce contexte, l’échange de bonnes pratiques législatives, politiques et judiciaires est crucial, tant à l’échelle européenne qu’au niveau international. Les rapporteurs généraux demandent une nouvelle fois aux parlementaires des Etats membres du Conseil de l'Europe de coopérer avec toutes les autorités publiques et les organisations non gouvernementales, en Europe et dans le monde, pour faire en sorte que les femmes et les filles puissent vivre à l’abri de la violence. Ils exhortent à nouveau les Etats européens et les autres pays à adhérer à la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote) et à la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul) et à mettre ces textes en œuvre, même si l’action législative ne peut être qu’une première étape dans la prévention des crimes atroces comme ceux récemment perpétrés en Inde.

 

Adresse / Contact us webmaster.assembly@coe.int ...