Migrants et réfugiés d’Afrique du Nord

- la réponse de l’APCE

 

Ces derniers mois, de nouvelles vagues de réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants n’ont cessé d’arriver sur les rives méridionales de l’Europe, fuyant les conflits en Libye ou poussés par les changements politiques radicaux qui ont bouleversé le monde arabe. Dès les premiers jours de la crise, l’APCE a fait appel à la solidarité européenne et demandé à ce que ces personnes désespérées soient traitées avec humanité et équité, dans le respect du droit …

16 décembre 2011: Suite à une visite à Malte dans le cadre de son enquête, Tineke Strik déclare que pendant la guerre en Libye, tout le monde savait que les autorités libyennes n’étaient pas en mesure d'entreprendre des recherches ni de procéder à un sauvetage. « En pratique, la répartition des compétences ne devrait laisser subsister aucun vide et c'est pourtant exactement ce qu'il semble s’être passé dans cette affaire ».

30 novembre 2011: Suite à une audition parlementaire à Paris dans le cadre de son enquête, Tineke Strike déclare que 2011 a été l’année « la plus meurtrière » pour les boat people en Méditerranée, avec 1971 personnes qui ont péri alors qu’elles tentaient d’atteindre les côtes européennes à partir de l’Afrique du nord, « un triste record ». Elle attend désormais de l’Otan et de l’UE qu’elles transmettent des images par satellite et d’autres informations utiles à son enquête.

7 septembre 2011: Suite à une visite en Italie, Tineke Strik – qui enquête sur un incident quand 61 personnes qui fuyaient la Libye sont mortes après que leurs appels à l'aide aient, d’après les survivants, été ignorés – déclare : « Les rapports des témoins directement impliqués dans cet incident sont concordants, mais nous devons continuer à réunir davantage d'éléments et d'informations sur les personnes présentes dans le secteur, et sur le moment où elles y étaient. »

23 juin 2011 : À la suite d’informations selon lesquelles des appels au secours auraient été ignorés, l’APCE ouvre une enquête pour déterminer qui est responsable de la mort du millier de « boat people » portés disparus en Méditerranée depuis janvier 2011 alors qu’ils tentaient de gagner le territoire européen à partir de l’Afrique du Nord. Le sénateur néerlandais Tineke Strik est chargé de conduire cette enquête.

21 juin 2011 : Débattant de la crise pour la deuxième fois, l’APCE lance un appel urgent à l’Europe pour qu’elle partage avec les Etats qui sont en première ligne la responsabilité des réfugiés et des migrants arrivant sur les rives méridionales du continent. Elle demande aussi à ce que les « boat people » en situation de détresse soient secourus rapidement et traités dans le respect du droit.

1er juin 2011 : lors d’une réunion de l’APCE à Corfou, le ministre grec de la protection des citoyens, Christos Papoutsis, reconnaît que la Grèce a de « graves problèmes » avec les migrants en situation irrégulière, mais il souligne que son pays ne saurait recueillir les migrants en situation irrégulière pour le compte de toute l'Europe.

25 mai 2011 : selon une délégation de l’Assemblée en visite dans l’île italienne de Lampedusa, l’Europe doit « partager, et non rejeter, la responsabilité » face aux personnes en provenance d’Afrique du Nord. La petite île doit faire face à un  « défi considérable » mais la situation est sous contrôle.

23 mai 2011 : un groupe de 34 parlementaires demande à  l’Assemblée de mener une enquête sur « Vies perdues en Méditerranée : qui est responsable ? » Le Bureau de l’Assemblée accède à cette requête.

9 mai 2011 : après l’annonce de la mort de 61 « boat people » dont les appels de détresse auraient été ignorés, le Président de l’APCE Mevlüt Cavuşoğlu demande une enquête. Pour lui, si ces graves accusations sont vraies, « ce jour est un jour noir pour toute de l’Europe ».

14 avril 2011 : dans un débat d’urgence sur la crise, l’APCE déclare pour la première fois que tous les pays européens doivent assumer leurs responsabilités face à l’arrivée d’un grand nombre de migrants en situation irrégulière, de réfugiés et de demandeurs d’asile sur les rives méridionales de l’Europe. La résolution souligne que les pays limitrophes de la Libye ont déjà accueilli une population beaucoup plus nombreuse que ne l’a fait l’Europe.

1er avril avril 2011 : « Tout décès est un décès de trop », dit le Président de l’APCE Mevlüt Cavuşoğlu, réagissant à la nouvelle que 27 migrants en situation irrégulière ont été retrouvés noyés au large des côtes de Tunisie. Il souligne qu’« On ne peut pas se contenter de colmater la brèche pour enrayer ce flux, sans s’attaquer aux causes profondes ».

17 mars 2011 : les Etats de l’Union européenne n’ont pas jusqu’ici «  réussi l’épreuve de la solidarité » concernant l’aide à apporter aux autres Etats membres pour gérer l’afflux massif de migrants en situation irrégulière et de demandeurs d’asile : c’est ce qui a été dit lors d’une audition de la Commission des migrations de l’APCE.

16 mars 2011 : le rapporteur de l’Assemblée, Jean-Charles Gardetto, exhorte les autorités grecques à respecter les normes minimales européennes concernant la rétention des étrangers en situation irrégulière, après une déclaration publique - fait rarissime - du Comité européen contre la torture du Conseil de l'Europe qui parle d’une « situation dramatique ».

2 mars 2011 : alors que des nouvelles tragiques font état de milliers de personnes fuyant la guerre qui s’intensifie en Libye, le Président de l’APCE Mevlüt Cavuşoğlu est l’un des premiers à réagir, en appelant l’Europe à soutenir les évacuations humanitaires. « L’Europe devrait être en première ligne de la réponse à cette crise », selon lui.

14 février 2011 : après l’arrivée par mer de milliers de Tunisiens sur l’île italienne de Lampedusa, le Président de l’Assemblée Mevlüt Cavuşoğlu lance son premier appel à la solidarité : « C’est aujourd’hui l’Italie qui supporte le poids de ces arrivées mais demain ce pourrait être Malte, la semaine prochaine la Grèce, et l’année prochaine la Turquie. C’est l’Europe toute entière qui est concernée ».

Autres textes pertinents de l’Assemblée:

28 novembre 2008: Les boat people de l’Europe: arrivée par mer de flux migratoires mixtes en Europe du Sud

29 janvier 2004: Accès à l’assistance et à la protection pour les demandeurs d’asile dans les ports maritimes et les zones côtières en Europe