Le rapporteur de l’APCE, Andrea Rigoni, condamne les exécutions au Bélarus

Strasbourg, 07.02.2008 - « Les trois exécutions capitales qui ont eu lieu mardi au Bélarus sont la triste illustration de la distance qui sépare encore ce pays des valeurs et des normes européennes » a fait observer Andrea Rigoni (Italie, ADLE), Rapporteur de la commission des questions politiques de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) après l’exécution de Serguéi Morozov, Valeri Gorbaty et Igor Dantchenko, tous trois membres de l’organisation criminelle Morozov. « La coïncidence entre ces exécutions capitales et la libération, le même jour, de l’éminent prisonnier politique Artur Finkevitch est particulièrement déconcertante. La peine de mort ne se justifie en aucun cas et doit être purement et simplement abolie, » a-t-il déclaré.

« Je suis d’autant plus déçu que récemment, des personnalités bélarussiennes de premier plan ont affirmé à plusieurs reprises que le moment était venu pour le Bélarus d’adopter un moratoire sur la peine de mort. Je souhaite que le tollé provoqué par ces exécutions pousse les autorités bélarussiennes à accélérer ce processus et, ce faisant, à se conformer à la récente Résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies – inspirée par une initiative italienne – qui appelle à un moratoire mondial, » a souligné M. Rigoni.

« En tant que Rapporteur sur la situation au Bélarus, je ferai tout mon possible pour œuvrer auprès des autorités et de la société civile en faveur d’un moratoire sur les exécutions capitales, prélude à une abolition complète, » a-t-il conclu.