Détentions secrètes : Dick Marty fustige 'l’hypocrisie' des gouvernements européens

Le rapporteur du Conseil de l’Europe sur les détentions secrètes, Dick Marty (Suisse, ADLE), a vertement critiqué ce qu’il a taxé « d’hypocrisie » de la part des gouvernements européens qui, contrairement aux Etats-Unis, continuent de nier leur implication dans des détentions secrètes ou des restitutions illégales.

 

S’exprimant à l’occasion d’une conférence à Bruxelles sur l’investigation et la documentation de la torture, M. Marty a déclaré : « Les Etats-Unis ont fait le choix – à mon sens, mauvais – de mener la guerre contre la terreur par des moyens illégaux, mais au moins ils l’ont fait ouvertement et défendent ce choix. Les gouvernements européens, en revanche, ont fait preuve de la plus totale hypocrisie, en se faisant les complices cachés de ces pratiques. Encore aujourd’hui, ils n’ont pas le courage de reconnaître leur implication dans ces agissements, sauf s‘ils y sont contraints et forcés. »

 

Il a critiqué le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe – représentant les 47 Etats membres – pour avoir déclaré qu’il ne réagirait que « si nécessaire » aux révélations des détentions secrètes et restitutions illégales « comme si toutes les révélations faites à ce jour ne suffisaient pas ».

 

« Les gouvernements doivent cesser de se cacher derrière l’hypocrisie des assurances diplomatiques” a-t-il ajouté. « Celles-ci ne valent même pas le papier sur lequel elles sont écrites, et les accepter, c'est se rendre complice des tortures infligées ».

 

« Les gouvernements européens ne sont pas simplement impliqués dans des violations de droits de l’homme ; ils essaient en plus de saboter les efforts pour trouver la vérité" a-t-il poursuivi. « En Italie, par exemple, le gouvernement a fait tout ce qu’il a pu pour entraver le procès d’Abou Omar à Milan ».

 

M. Marty a dit que les travaux d’investigation devraient se poursuivre : “Nous pensons que d’autres détentions secrètes en Europe n’ont pas encore été révélées. »

 

Lors de la conférence organisée par l’IRCT (Conseil international de réhabilitation pour les victimes de torture) et la Fédération internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), Carlos Coelho, parlementaire européen et Président de la Commission temporaire du Parlement européen sur les détentions illégales de la CIA, et Steven Everts, Conseiller du Représentant de l’UE pour la politique étrangère Javier Solana, ont également pris la parole, ainsi qu’un certain nombre de journalistes et d’universitaires spécialistes de l’investigation et de la documentation de la torture.