Dick Marty plaide pour une ratification rapide par les Etats-Unis du Statut de Rome

« La nouvelle administration américaine veut retourner sur le chemin de l’état de droit et rompre avec le passé, » s’est félicité Dick Marty (Suisse, ADLE), ancien rapporteur de l’APCE sur les transferts illégaux de détenus et détentions secrètes en Europe aujourd’hui lors d’une conférence de presse à Strasbourg.
 
« Certains gouvernements européens seraient bien inspirés de dire la vérité avant que le Washington Post et le New York Times l’annoncent », a-t-il souligné. M. Marty a lancé un appel pressant aux Etats membres du Conseil de l’Europe afin qu’ils suivent l’exemple de la Suisse et du Portugal, seuls pays à avoir déclaré leur disponibilité pour accueillir des détenus de Guantanamo que les Etats-Unis vont libérer. M. Marty a également déclaré qu'il espère vivement que la façon dont le Conseil de Sécurité de l'ONU et l'UE gèrent les "listes noires" soit revue et rendue conforme aux normes élémentaires d'un Etat de droit.
 
Enfin, M. Marty a plaidé pour une ratification rapide par les Etats-Unis du Statut de Rome instituant la Cour Pénale Internationale, car « elle ne pourra fonctionner que si tous les grands Etats y participent ».