La mémoire est le meilleur moyen d'empêcher que la tragédie de l'Holocauste ne se reproduise

Strasbourg, 27.01.2010 – À l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, Mevlüt Çavusoglu (Turquie, GDE), Président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), a déclaré que la mémoire est le meilleur moyen d’empêcher que la tragédie de l’Holocauste ne se reproduise.

« Par sa Résolution 60/7 de 2005, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 27 janvier Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste. Le 27 janvier 1945, l'armée soviétique libérait les quelque 7 000 prisonniers qui se trouvaient encore dans le camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne.

Les atrocités commises au cours de la Seconde Guerre mondiale ont conduit à la création du Conseil de l'Europe et à la reconnaissance universelle des droits de l'homme. La mémoire est le meilleur moyen d’empêcher que la tragédie de l’Holocauste ne se reproduise.

C’est au quotidien que les droits de l'homme doivent s’apprendre, se vivre et s'appliquer. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire que nous avons la Convention européenne des droits de l'homme et que tous les problèmes de droits de l'homme sont donc réglés.

Comme souvent, nous nous rendons compte de la valeur d'une chose lorsqu’elle nous fait défaut. Il en est de même pour les droits de l'homme. C'est pourquoi il est important de se remémorer les moments les plus sombres de l'histoire européenne du siècle dernier pour ne pas oublier l'importance et la valeur essentielles des droits de l'homme pour notre civilisation.»