Pollution sonore et lumineuse : une agression sérieuse pour l’homme et l’environnement, selon un rapporteur de l’APCE

La Commission de l’Environnement de l'APCE a adopté hier le rapport de Rafael Huseynov (Azerbaïdjan, ADLE), qui décrit les dommages causés par la pollution sonore et lumineuse à l’homme et aux espèces vivantes. Les nuisances sonores et lumineuses peuvent avoir des répercussions graves, comme la perturbation des écosystèmes, ou le développement de pathologies chez l’homme.

Dans l’Union européenne, environ 40 % de la population serait exposée durant la journée à un bruit des transports supérieur à 55 dB et 22 % (soit 80 millions de personnes) à 65 dB. Plus de 30% de la population serait exposée durant la nuit à des niveaux supérieurs à 55 dB – l’échelle des nuisances sonores commence à 65 dB –. Chez les jeunes notamment, une exposition prolongée au bruit constitue une menace pour la santé.
 
La lutte contre la pollution sonore et lumineuse constitue un enjeu environnemental et de santé publique pour le rapporteur, qui préconise une approche intégrée du problème et un effort de sensibilisation de l’ensemble de la société. La commission a également proposé que les Etats membres prennent des mesures visant à introduire des valeurs seuil pour le bruit et la lumière et à appliquer des sanctions si ces niveaux sont dépassés.