Le rapporteur de l’APCE sur le Bélarus condamne la nouvelle vague de répressions

Strasbourg, 05.07.2011 – Le rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur la situation au Bélarus, Andres Herkel (Estonie, PPE/DC), a condamné la nouvelle vague de violence contre des manifestants pacifiques, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme au Bélarus.

« Je suis préoccupé par la dispersion brutale de manifestations pacifiques à Minsk et dans d’autres villes le 3 juillet, Jour de l’Indépendance, où des centaines de manifestants ont été molestés et incarcérés pour de simples applaudissements », a-t-il déclaré.

Le rapporteur a rappelé que l’Assemblée parlementaire avait déjà à plusieurs reprises demandé que la liberté de réunion soit respectée au Bélarus, eu égard en particulier au recours excessif à la force de la part des personnels de police contre des manifestants. M. Herkel a affirmé une nouvelle fois que le dialogue avec les autorités du Bélarus ne pouvait progresser en l’absence d’avancées tangibles et vérifiables vers le respect des normes du Conseil de l’Europe, y compris les libertés de réunion et d’association en tant que préalables essentiels à la démocratie.

« Il est également très préoccupant que l’accès aux sites de réseau social populaires ait été bloqué au Bélarus », a-t-il déclaré.

M. Herkel a appelé les autorités du Bélarus à libérer toutes les personnes arrêtées en lien avec les manifestations du 3 juillet et à mettre immédiatement un terme à la répression continue dont l’opposition politique et la société civile sont l’objet. Rappelant par ailleurs que de nombreux responsables de l’opposition et militants avaient été condamnés à de lourdes peines de prison ou étaient en attente de leur procès suite aux événements du 19 décembre, le rapporteur a demandé que ces personnes soient libérées et qu’il soit mis fin à tous les procès à motivation politique.