L’APCE réfute tout parallèle entre «circoncision» et «mutilations génitales féminines»

« La résolution adoptée mardi dernier sur ‘Le droit des enfants à l’intégrité physique’, n’établit en aucun cas un ‘parallèle’ ou une ‘comparaison’ entre la circoncision et les mutilations génitales féminines », a déclaré aujourd’hui Marlene Rupprecht (Allemagne, SOC), rapporteure de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), répondant aux critiques émises par les autorités israéliennes. Nous avons effectivement évoqué différentes ‘catégories’ de violations de l’intégrité physique des enfants, que nous distinguons très clairement et pour lesquelles aucun amalgame n’a été fait ».

« Le texte voté par les parlementaires ne cherche à stigmatiser aucune communauté religieuse ou ses pratiques. Au contraire, l’Assemblée appelle au débat public, y compris à un dialogue interculturel et interreligieux, pour dégager un consensus le plus large possible sur le droit des enfants à la protection contre les violations de leur intégrité physique ».

« La mission du Conseil de l’Europe est de promouvoir le respect des droits humains, y compris les droits des enfants, sur un pied d’égalité avec la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », a conclu Mme Rupprecht.