Coopérer en ligne pour lutter contre l’exploitation sexuelle dans le cyberespace

Le rapporteur général de l’APCE appelle à renforcer la coopération en ligne pour lutter contre l’exploitation sexuelle dans le cyberespace

Strasbourg, 17.10.2013 – « Afin de lutter contre la traite des êtres humains, notamment la traite des filles et des femmes aux fins d’exploitation sexuelle, nous devons aussi faire reculer la demande », a déclaré José Mendes Bota (Portugal, PPE/DC), rapporteur général de l’APCE sur la violence à l’égard des femmes, s’exprimant la veille de la Septième journée européenne de lutte contre la traite, (18 octobre 2013). « Cela s’applique à tous les lieux où l’offre rencontre la demande, y compris le cyberespace ».

« Le cyberespace présente des risques, notamment pour les jeunes : il est fréquemment utilisé pour recruter de futures victimes d’exploitation sexuelle. Nous pouvons et devons impulser un changement radical. Premièrement, la police doit poursuivre les trafiquants qui se cachent dans l’anonymat du web. Deuxièmement, des campagnes de prévention doivent être menées dans le cyberespace, qui est un outil de sensibilisation et de diffusion de l’information extrêmement puissant. Les autorités doivent engager une coopération plus étroite avec tous les acteurs concernés, tels que les médias sociaux et les sites de rencontres ».

« Une lutte efficace contre la traite doit comprendre des mesures de prévention, de protection des victimes et de poursuite des trafiquants. A l’occasion de la journée de lutte contre la traite, j’appelle les Etats membres du Conseil de l’Europe à exploiter toutes les possibilités offertes par les technologies modernes pour y parvenir », a conclu M. Mendes Bota.