La Commission sur l'égalité dénonce le profilage racial

« Le racisme est présent dans la société, et par conséquent dans la police, et aucun pays membre ne semble épargné », a rappelé la Commission sur l'égalité et la non-discrimination de l'APCE en déplorant une augmentation du racisme et de violences racistes, accompagnée d'une recrudescence du racisme au sein de la police dans plusieurs Etats membres.

Adoptant un rapport sur la lutte contre le racisme dans la police de David Davies (Royaume-Uni, GDE), la commission s'est dite particulièrement préoccupée par le profilage racial. Elle estime que l'utilisation par la police, sans justification objective, de motifs tels que la race, la couleur, la religion, l'origine nationale ou ethnique dans des activités de contrôle, de surveillance ou d'investigation ne fait qu'amplifier les stéréotypes et préjugés. Les Etats membres doivent se mobiliser pour réglementer les opérations de contrôle d'identité en élaborant des règles claires et précises tout en garantissant la régularité des contrôles en proposant des formations spécifiques sur la manière de les effectuer, a souligné la commission. Tout contrôle d'identité doit par ailleurs faire l'objet de la délivrance d'un récépissé afin d'éliminer la discrimination ou son soupçon.

La commission a également proposé la mise en place de mécanismes efficaces et indépendants de plaintes, l'organisation de formations pour les policiers, le recrutement de policiers au sein des minorités et la création des fonctions d'agents de liaison avec les communautés afin de combattre le racisme dans la police. Enfin, elle a exhorté les dirigeants politiques et les hauts fonctionnaires de la police à condamner publiquement toute forme de discrimination raciale.