Garantir un travail décent pour tous

Face à l’érosion des droits liés au travail, la précarité de l’emploi et le manque de perspectives d’emplois de qualité, notamment pour les jeunes, des stratégies nationales sont nécessaires afin de garantir à tous un emploi décent dans des conditions d’équité, de sécurité et de dignité humaine, estime la Commission des questions sociales, réunie aujourd’hui à Paris.

Un salaire minimum national et des socles de protection sociale, en particulier, sont essentiels pour assurer une juste rémunération du travail, précise le rapport de Roel Deseyn (Belgique, PPE/DC), adopté par la commission. A cet égard, les Etats membres devraient renforcer la mise en œuvre de la Charte sociale européenne (CSE), notamment ses dispositions relatives à la liberté syndicale et de négociation collective, à une rémunération équitable et à une couverture sociale.

La commission considère aussi qu’aucune concession ne doit être faite sur les normes de sécurité au travail et préconise des inspections du travail régulières pour enrayer les pratiques abusives en matière de conditions de travail. Elle s’inquiète également de la résurgence du travail des enfants en Europe – notamment à Chypre, en Grèce, en Italie, au Portugal et en Turquie – et a souligné la nécessité de veiller à une meilleure application de l’interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans, tel qu’énoncé dans la CSE.