Les lois et les politiques sur la prostitution, des outils indispensables pour lutter contre la traite

Dans la mesure où traite des êtres humains et prostitution sont étroitement liées – en Europe, 84 % des victimes de la traite le sont à des fins d’exploitation sexuelle – les lois et les politiques sur la prostitution deviennent des outils indispensables pour lutter contre la traite, a souligné l’APCE.

Toutefois, il est difficile de proposer un modèle unique de réglementation de la prostitution qui conviendrait à tous les Etats membres, reconnaissent les parlementaires. La résolution adoptée aujourd’hui, indique que, selon les pays, la législation et les politiques sur la prostitution vont de la légalisation à la pénalisation, avec une série de systèmes combinant plus ou moins les deux approches. Mais, suivant les conclusions du rapporteur, José Mendes Bota (Portugal, PPE/DC), l’Assemblée a précisé que la criminalisation de l'achat de services sexuels, basée sur le modèle suédois, apparaissait comme l’outil le plus efficace pour lutter contre la traite.

L’APCE préconise également de mener des recherches et des collectes de données sur la prostitution et la traite dans tous les Etats membres du Conseil de l’Europe.