Journée IDAHO : il faut laisser les personnes LGBT s’exprimer

« La liberté d’expression est une condition préalable au dialogue et à la compréhension mutuelle, et elle joue un rôle important dans la lutte contre l’homophobie et la transphobie », a déclaré Robert Biedron (Pologne, SOC), rapporteur général sur les droits des personnes LGBT pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), s’exprimant à la veille de la Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (IDAHO), qui est célébrée le 17 mai de chaque année depuis 2004.

« Cette année, la Journée internationale met particulièrement l’accent sur la liberté d’expression pour les minorités sexuelles et de genre. Il s’agit d’un choix opportun car cette liberté est actuellement menacée en Europe, surtout à cause de l’interdiction de la prétendue « propagande homosexuelle », qu’ont adoptée ou proposée plusieurs Etats membres du Conseil de l'Europe.

Le droit d’organiser des manifestations pacifiques est aussi un droit fondamental de l’être humain qui n’est pas toujours reconnu aux personnes LGBT, soit parce que les autorités refusent d’autoriser les marches des fiertés soit parce qu’elles ne protègent pas suffisamment les manifestants contre les actes de violence et de harcèlement.

Permettre à chacun de s’exprimer, de vivre sa vie au grand jour et de jouir des libertés fondamentales sans discrimination, ce n’est pas seulement respecter les droits individuels, c’est aussi œuvrer en faveur d’une société plus ouverte à tous, une société qui résiste à l’intolérance ».