Appel à une coopération accrue entre la Banque de développement et les '47'

L'Assemblée a lancé un appel à la Banque de développement (CEB), afin qu’elle resserre ses liens avec le Conseil de l’Europe, en l’invitant notamment à associer étroitement et inviter aux réunions annuelles du Conseil de direction et aux réunions conjointes des organes, outre le Secrétaire Général, également le Président de l’APCE, le rapporteur sur la CEB ainsi que le Commissaire aux droits de l’homme.

Suivant les propositions du rapporteur Tuur Elzinga (Pays-Bas, GUE), les parlementaires ont également rappelé l’importance des contacts directs entre la Banque et les représentants parlementaires des Etats membres en vue d’accroître le potentiel de la CEB : « Les parlements nationaux peuvent très utilement promouvoir des initiatives de projets dans leurs pays respectifs qui sont susceptibles de bénéficier d’un financement par la Banque ». Le Gouverneur de la Banque, Rolf Wenzel, est intervenu lors du débat.

Selon le texte adopté, il y a de nombreuses possibilités pour renforcer encore les liens de la CEB avec le Conseil de l’Europe, par exemple par des contributions visant à soutenir les diverses campagnes en cours, et la coopération avec l’Union européenne pour développer les mécanismes de solidarité sur le terrain, notamment en accroissant les cofinancements en faveur de l’emploi des jeunes, de l’intégration des Roms et du logement pour les populations vulnérables, par l’intermédiaire de projets développés dans le cadre du mandat de la Banque.

La commission estime qu’il faudra également que la CEB maximise la valeur ajoutée sociale de ses projets en développant davantage les activités de niche menées sur des créneaux à forte valeur sociale, particulièrement à l’appui de priorités sectorielles (investissement dans les services publics administratifs et judiciaires, projets de faible ampleur touchant à la santé, logements sociaux et centres d’asile, par exemple) et avec un centrage géographique sur les pays d’Europe du Sud-Est non membres de l’UE. Enfin, la CEB devrait intensifier le recours à une combinaison de prêts et de dons pour le soutien à des projets susceptibles d’avoir un très fort impact social.