La Présidente exhorte les parlementaires à dénoncer les ‘dangers’ qui menacent la Cour de Strasbourg

La Présidente de l’APCE, Anne Brasseur, a exhorté les parlementaires européens à s’exprimer sur les menaces qui pèsent sur la Cour européenne des droits de l’homme, telles la non-exécution de certains de ses arrêts et des informations erronées sur la jurisprudence de la Cour qui paraissent dans les médias et ne manquent pas de l’inquiéter.

Dans son allocution d'ouverture, devant les Présidents de parlement réunis à Oslo pour un sommet bisannuel, conjointement organisé par l’APCE et le Storting, elle a déclaré : “ Il incombe aux parlementaires de veiller à démentir les informations erronées et à les rectifier, et de mener le débat sans toutefois s’y embourber”. Elle a souligné que le rôle de la Convention “ne peut être tenu pour acquis”.

Mme Brasseur a également abordé le sujet du conflit en Ukraine: “Je ne saurais sous-estimer le danger représenté par le conflit ukrainien qui va s’intensifiant, et par l’implication de la Russie, en particulier son annexion de la Crimée.” La menace n’est pas seulement militaire, mais aussi humanitaire, sociale et économique, a-t-elle dit, et déclenchera un « effet d'entraînement » conduisant à une aggravation des tensions. “Ceci nous affectera tous, à moins que nous nous unissions pour trouver des solutions.”

MM. Olemic Thommessen, Président du Storting, Thorbjorn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l’Europe et Vidar Helgesen, ministre norvégien de la Zone économique européenne et de l’Union européenne, figuraient parmi les autres intervenants qui se sont exprimés lors de l’ouverture de la conférence.

Une soixantaine de Présidents de parlement prendront aujourd’hui et demain la parole sur les thèmes de la conférence que sont la liberté et les droits constitutionnels, la souveraineté et la sécurité en Europe, et l’équilibre entre majorité et opposition au sein d’une démocratie.