‘La parodie et l’humour peuvent aussi contrer les néonazis’

La rapporteure de l’APCE sur la lutte contre le néonazisme, Marietta de Pourbaix-Lundin (Suède, PPE/DC), a vanté les mérites de la parodie et de l’humour pour faire barrage aux idées néonazies.

La rapporteure, qui modérait un atelier dans le cadre du Forum mondial de la démocratie, qui se déroule pendant trois jours à Strasbourg sur le thème « la jeunesse peut-elle redynamiser la démocratie ? », a déclaré : « Il ne faut pas ignorer les néonazis, ni en faire des martyrs ».

Elle a salué le projet “Stork Heinar” en Allemagne et d’autres projets similaires qui sont des parodies aux groupes néonazis. Une grande cigogne (stork), accompagnée par une fanfare soi-disant militaire, plaisante sur les néonazis et diffuse des messages pacifiques et positifs.

S’adressant à un auditoire principalement composé de jeunes et dans une salle comble, Mme de Pourbaix-Lundin a rappelé les points essentiels de la récente résolution de l’Assemblée sur la lutte contre le néonazisme et l’extrémisme de l’extrême droite.

Elle a entre autres souligné l’utilité des « programmes de sortie » visant à aider ceux qui le souhaitent à sortir des groupes néonazis, souvent avec l’aide d’anciens néonazis qui ont déjà fait une démarche similaire, et a instamment prié les Etats d’exploiter davantage l’arsenal juridique existant contre le discours de haine et les crimes motivés par la haine.

Enfin, elle a rappelé que des jeunes sont à l’origine de la proposition visant à faire du 22 juillet, date anniversaire du massacre d’Utoya en Norvège, la Journée européenne des victimes des crimes de haine. L’Assemblée soutient sans réserve ce projet, qui a été transmis aux gouvernements du Conseil de l'Europe pour décision.

Ont participé également à cet atelier, Konstantinos Triantafyllos (Grèce, SOC), membre de l’APCE ; Nils Muiznieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe ; et un juriste de la ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).