Sud-est de l’Ukraine : respecter le cessez-le-feu pour remédier à la crise humanitaire

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a exprimé aujourd’hui sa vive inquiétude face à la dégradation de la situation humanitaire des personnes touchées par le conflit dans certaines parties des régions ukrainiennes de Donetsk et Louhansk, notamment les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur du pays, et celles vivant dans les régions contrôlées par des groupes armés illégaux et pro-russes. En même temps, elle souligne la participation directe de la Fédération de Russie à l’émergence et à la détérioration de la situation dans ces parties de l’Ukraine.

Dans une résolution adoptée sur la base du rapport de Jim Sheridan (Royaume-Uni, SOC), l’APCE a exhorté les parties au conflit à « respecter et appliquer le cessez-le-feu prévu par les accords de Minsk des 5 et 19 septembre 2014 et à s’abstenir de tout recours à la violence, en particulier à l’égard des civils et des infrastructures civiles », tout en soulignant que le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine était une condition primordiale pour améliorer la situation humanitaire.

Plus de 921 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur de l’Ukraine et plus de 524 000 ont fui en Fédération de Russie, suite à l’annexion de la Crimée par la Russie et au conflit dans le sud-est de l’Ukraine. Plus que deux millions de personnes sont restées dans les régions contrôlées par les forces séparatistes, exposées à l’insécurité, à de graves violations des droits de l’homme et à des conditions de vie inadéquates, a indiqué l’Assemblée. Elle déplore également la dégradation de la situation des droits de l’homme en Crimée, appelant le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe et la communauté internationale à continuer à suivre la situation.

Face à cette situation, l’Assemblée parlementaire a demandé aux parties au conflit à respecter les droits de l’homme et le droit humanitaire international, à accorder aux acteurs humanitaires l’accès permanent à toutes les régions du conflit et à garantir à toutes les personnes déplacées le droit de retourner chez elles en toute sécurité. Elle appelle notamment la Fédération de Russie à s’abstenir de déstabiliser l’Ukraine et de financer et soutenir militairement les groupes armés illégaux, et à user de son influence pour amener ces derniers à respecter et appliquer les accords de Minsk.

Enfin, l’APCE a appelé les autorités russes à libérer immédiatement Nadia Savtchenko et d’autres citoyens ukrainiens détenus illégalement.