L'APCE propose des mesures pour préserver la sécurité des journalistes

« De la liberté des médias dépendent la démocratie et la protection des droits de l’homme ». C’est par cette déclaration que l’APCE a appelé à mettre en place une série de mesures qui puissent préserver la sécurité des journalistes et leur permettre de travailler librement.

Dans une résolution d’une vaste portée s’appuyant sur un rapport de Gvozden Flego (Croatie, SOC), l’Assemblée a formulé différentes recommandations spécifiques à l’adresse d’un certain nombre d’Etats membres, notamment l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Hongrie, l’Italie, la Russie, la Serbie, la Turquie et l’Ukraine.

Les parlementaires ont souligné la nécessité de prévoir des mesures spéciales pour préserver la sécurité des journalistes qui travaillent dans les zones de conflits ou qui couvrent des manifestations violentes et ont demandé que des enquêtes soient diligentées lorsque des journalistes sont tués ou agressés. Ils ont également préconisé l’adoption de textes de loi régissant les modes de régulation et de financement des médias, le pluralisme et la transparence de la propriété des médias, ainsi que l’affectation de ressources suffisantes aux radiodiffuseurs de service public.
 

Plusieurs propositions spécifiques ont été faites, notamment l’organisation dans les parlements nationaux de débats annuels sur la liberté des média, et la mise en circulation d’une « carte d’identité des médias » qui préciserait qui possède ou finance un média donné.