Tragédie en Méditerranée : la rapporteure appelle à une réaction coordonnée de l'Europe

« Je suis profondément choquée et attristée par le nouvel incident marquant la série de tragédies qui se produisent en mer Méditerranée, à savoir le chavirement d’un bateau à deux ponts plein de migrants à 120 kilomètres environ de Lampedusa, où plus de 400 migrants pourraient s’être noyés », a déclaré Daphné Dumery (Belgique, NI), rapporteure de l’APCE sur « La Méditerranée : une porte d’entrée pour les migrations irrégulières ».

« Nous sommes témoins d’une aggravation dramatique de la situation ces dernières semaines étant donné que le temps chaud et l’amélioration des conditions maritimes a incité davantage de bateaux que d’habitude à prendre la mer depuis l’Afrique du Nord », a-t-elle souligné. « En une semaine, les garde-côtes italiens ont secouru près de 6 000 migrants. Plus de 15 000 personnes au total sont entrées en Italie depuis le début de l’année. Dans le même temps, près de 480 autres sont morts – ce chiffre ne tenant pas compte de la dernière tragédie en date. 70 000 personnes de plus attendraient sur les côtes libyennes pour franchir la mer. Les trafiquants n’ont pas hésité à tirer sur les garde-côtes italiens afin de récupérer leur bateau, alors que ces derniers tentaient de secourir des migrants », a-t-elle ajouté.

« Les épreuves de ces personnes sont devenues intolérables », a-t-elle souligné. « Les droits fondamentaux des réfugiés d’une part et la lutte contre des trafiquants peu scrupuleux d’autre part, devraient faire l’objet à titre prioritaire d’une concertation au niveau européen ».