De meilleures politiques en matière de drogues privilégiant la santé publique

« A l’occasion de la journée mondiale d’action en faveur de la campagne ’Soutenez. Ne punissez pas’, j’aimerais m’associer à l’appel de la campagne pour la mise en place de meilleures politiques en matière de drogues privilégiant la santé publique et les droits de l'homme », a déclaré Anne Brasseur, Présidente de l’APCE.

« L’Assemblée parlementaire est bien consciente du problème des drogues dans le monde, qui représente un risque majeur en matière de santé publique, tant pour chaque consommateur de drogues que pour la société. Par le passé, l’Assemblée a préconisé des politiques en matière de drogues, mettant l’accent sur la prévention, l’éducation, le traitement, la réadaptation et la réinsertion sociale, ce qui implique des mesures des pouvoirs publics à la fois au niveau national et au niveau local. L’Assemblée a notamment appelé à améliorer les méthodes de réduction des dommages et l’accès aux nouveaux traitements, suivant ainsi une approche orientée sur les droits de l'homme ».

« En avril prochain, l’Assemblée générale des Nations Unies tiendra une session extraordinaire (UNGASS) sur le problème mondial de la drogue afin d’examiner de nouvelles stratégies en matière de politiques de drogues. Cela pourrait offrir au Conseil de l'Europe une belle occasion de promouvoir des politiques drogues mettant l’accent sur la santé publique et les droits de l'homme. Dans ce contexte, je salue l’initiative du Groupe Pompidou, qui a axé l’une de ses priorités thématiques pour 2015-2018 sur « Placer les droits de l'homme au centre des politiques en matière de drogues », a-t-elle conclu.