Il faut cesser de traiter les personnes transgenres comme des malades, déclare le rapporteur de l’APCE

« Nous devons cesser de traiter les personnes transgenres comme si elles étaient malades », a déclaré le rapporteur général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur les droits des personnes LGBT, Jonas Gunnarsson (Suède, SOC), à la veille de la Journée internationale d’action pour la dépathologisation trans.

« Le fait que la ‘dysphorie de genre’ et le ‘trouble de l’identité de genre’ figurent encore dans les manuels de diagnostic médical est une atteinte à la dignité humaine des personnes transgenres », a-t-il souligné. « En Europe et dans le monde entier, des personnes transgenres sont encore la cible de crimes motivés par la haine ou subissent une discrimination inacceptable. Le fait que ces personnes soient encore considérées comme atteintes d’une maladie mentale est un obstacle inutile et supplémentaire à leur acceptation et à leur inclusion sociale. L’Assemblée a reconnu cela de manière retentissante dans le texte historique qu’elle a adopté en avril, la Résolution sur la discrimination à l’encontre des personnes transgenres en Europe », a déclaré M. Gunnarsson.

« Il convient de supprimer la classification dépassée de ces prétendues maladies au niveau national et international. Les personnes transgenres doivent pouvoir accéder simplement et sans stigmatisation aux soins médicaux », a-t-il conclu.