La rapporteure invite l’Ukraine à rester sur la voie de l’intégration en Europe

Krystýna Zelienkovà (République tchèque, ADLE), rapporteure pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur les conséquences politiques de la crise en Ukraine, a instamment invité le pays à rester sur la voie de l’intégration dans l’Europe, notamment par l’adoption des propositions de décentralisation qu’elle juge « dans l’intérêt de la population ukrainienne dans son ensemble ».

S’exprimant après sa rencontre hier à Kiev avec le Président ukrainien, Petro Porochenko, Mme Zelienkovà a précisé que « la sécurité et la paix en Ukraine ne sont possibles à long terme que si les Accords de Minsk sont mis en œuvre pleinement et sincèrement, ce qui va de pair avec une révision majeure de la Constitution ».

La rapporteure a plaidé pour l’adoption des propositions actuelles de décentralisation, y compris des projets d’amendements constitutionnels examinés en première lecture par le parlement en septembre. « J’espère qu’une majorité stable sera trouvée au parlement en faveur de ces réformes pro-européennes que les experts juridiques de la Commission de Venise du Conseil de l'Europe ont évaluées favorablement. Ces réformes sont à mon sens essentielles pour moderniser l’Etat ukrainien et décentraliser le pouvoir ».

« Je suis certaine que leur adoption est dans l’intérêt de la population ukrainienne dans son ensemble, au-delà de la mise en œuvre des Accords de Minsk. L’orientation européenne du pays, que la population a choisie pendant les manifestations de Maidan, ne devrait pas être stoppée par des arguments populistes », a-t-elle indiqué.

La rapporteure a aussi demandé l’organisation, dans les meilleurs délais, d’élections locales dans le Donbass sur la base d’une loi spéciale, actuellement examinée par le Groupe de contact trilatéral, qui devrait respecter la législation ukrainienne et les normes internationales relatives à des élections libres et équitables, y compris le pluralisme de la campagne électorale.

Mme Zelienkovà s’est dite préoccupée par la multiplication des attaques de séparatistes pro-russes contre des positions ukrainiennes malgré le cessez-le-feu en place depuis le 1er septembre, signalant qu’un soldat a été tué et que trois autres ont été blessés ces derniers jours. Elle a appelé l’Europe à réagir rapidement en cas de nouvelle escalade du conflit. « Je suis convaincue que le conflit qui sévit à l’Est pourrait prendre fin rapidement si toutes les Parties faisaient preuve de bonne volonté. En ce moment difficile, j’appelle instamment toutes les Parties à saisir toutes les occasions de se diriger vers une paix effective. La population du Donbass a assez souffert ».

Pour finir, la rapporteure a réaffirmé son attachement à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Ukraine. « Si les discussions que j’ai eues avec le Président ont été axées sur le Donbass, j’ai souligné qu’il ne faut pas oublier la situation en Crimée que la Russie a annexée illégalement. Je suis inquiète de la situation des droits de l'homme qui y règne, et en particulier de la violation constante des droits des Tatars de Crimée ».