Les habitants de régions frontalières de l’Azerbaïdjan sont ‘délibérément privés d’eau’, selon la commission

Dans un projet de résolution préparé par Milica Markovic (Bosnie-Herzégovine, SOC), la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable de l'APCE a déclaré que l’absence d’entretien, depuis plus de 20 ans, du réservoir de Sarsang, situé dans une des zones azerbaïdjanaises occupées par l’Arménie, « représente une menace pour toute la région frontalière ».

Les parlementaires ont souligné que l’état de délabrement du barrage de Sarsang pourrait provoquer « une catastrophe de grande ampleur et se solder par d’importantes pertes en vies humaines » et par une nouvelle crise humanitaire.

Compte tenu de ce problème humanitaire urgent, la commission appelle « au retrait immédiat des forces armées arméniennes de la région concernée » pour permettre à des ingénieurs et des hydrologues indépendants d’accéder au site et d’y effectuer une enquête minutieuse, ainsi que la supervision internationale des canaux d’irrigation, des barrages de Sarsang et Madagiz, du programme des déversements d’eau pendant l’automne et l’hiver et la surexploitation des aquifères.

Les parlementaires demandent aux autorités arméniennes de cesser d’utiliser les ressources en eau « comme des instruments d’influence politique et de pression », ressources dont seule une des parties au conflit bénéficie.