'Les migrants détenus pour raisons administratives ne sont pas des criminels'

Anne Brasseur, Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), et Thierry Mariani, Président de la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées, ont aujourd’hui appelé à améliorer la réglementation et le contrôle de la rétention des migrants, alors que des membres de l’Assemblée et leur collègues procédaient à des visites coordonnées de centres de rétention dans différents Etats membres du Conseil de l’Europe, pour marquer la Journée internationale des migrants.

 Les migrants détenus pour raisons administratives ne sont pas des criminels », a fait observer Anne Brasseur. « La Convention européenne des droits de l’homme n’admet leur rétention qu’à de strictes conditions. Or, trop souvent, des personnes sont enfermées pour de simples raisons de convenance administrative, parfois sans date butoir et, par conséquent, sans perspectives précises de libération. De plus, les conditions de rétention sont encore trop souvent mauvaises, voire dégradantes. Alors que le nombre de migrants et de demandeurs d’asile est en augmentation, les Etats devraient revoir leur pratiques et recourir autant que possible à d’autres solutions que la rétention, en veillant à ce que les droits fondamentaux des migrants soient pleinement respectés ».

« Les parlementaires nationaux sont idéalement placés pour sensibiliser les populations à ces problèmes et pour demander des comptes aux autorités responsables », a indiqué M. Mariani. « En témoignent les visites effectuées aujourd’hui par des parlementaires dans les centres de rétention et dans d’autres structures pour migrants et demandeurs d’asile. La Commission des migrations de l’Assemblée mène actuellement un programme de visites de centres de rétention et, grâce à Doris Fiala, rapporteure générale, fait également campagne contre la rétention des enfants, qui, nous en sommes convaincus, ne devrait jamais avoir lieu ».

A l’initiative d’Anne Brasseur et de la Commission des migrations de l’APCE, des parlementaires de Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Finlande, Grèce, Islande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Monténégro, « l’ex-République yougoslave de Macédoine » et d’Ukraine se rendront dans des centres de rétention de migrants et dans d’autres structures pour migrants et demandeurs d’asile le et autour du 18 décembre 2015, Journée internationale des migrants.
* * *

Des photos de ces visites seront mises à disposition via les comptes Twitter de l’Assemblée parlementaire (@PACE_News) et de la Commission des migrations (@PACE_Migration), ainsi que sur flickr.