Réformes au Monténégro : suivi nécessaire pour garantir la pérennité des lois récemment adoptées

La Commission de suivi a salué les nombreuses réformes engagées au Monténégro depuis l’adoption de la Résolution 2030 (2015) de l’APCE en janvier 2015 concernant le cadre électoral, la lutte contre la corruption et le pouvoir judiciaire. Toutefois, « les processus de réforme doivent faire l’objet d’un suivi pour assurer la pleine application des lois récemment adoptées et garantir leur pérennité », a souligné la commission, en approuvant une note d’information des corapporteurs sur le dialogue postsuivi avec le Monténégro, Terry Leyden (Irlande, ALDE) et Ionu?-Marian Stroe (Roumanie, PPE/DC).

Vu les tensions politiques actuelles, résultant des frustrations ressenties suite aux précédentes élections, jugées inéquitables, la commission « a encouragé toutes les forces politiques à reprendre le chemin d’un dialogue constructif », afin de surmonter la crise et d’empêcher toute nouvelle escalade. « Boycotter le Parlement ne peut en aucun cas être considéré comme une attitude politique judicieuse », ont déclaré les parlementaires.

La commission a également demandé aux autorités du Monténégro de mener des enquêtes effectives concernant les incidents violents qui se sont déroulés à Podgorica en octobre et en novembre 2015, et prennent des mesures appropriées « pour que les policiers qui ont abusé de la force ne soient pas laissés dans l’impunité ».

La note d’information déclassifiée jeudi dernier par la commisson, fait suite à une visite d’information des corapporteurs à Podgorica du 17 au 19 novembre dernier.