Un plan d'action pour la sécurité routière

Dans un rapport adopté aujourd'hui à l'unanimité, la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable invite les Etats membres à consacrer obligatoirement 10% des dépenses en infrastructures routières à la sécurité. Pour la rapporteure Naira Karapetyan (Arménie, PPE/DC) la sécurité routière doit devenir une priorité en matière de santé publique.

Le rapport encourage également les Etats membres à mieux coordonner leurs pratiques en prenant en compte la diversité des législations et des politiques en Europe et à s'attaquer aux principaux facteurs de risque comportementaux - l'alcool, de la drogue et de l'usage des médicaments - à travers des campagnes de sensibilisation.

Parmi les autres propositions figurent des mesures d'urbanisme propres à protéger les usagers de la route les plus vulnérables - les piétons et cyclistes, l'interdiction de l'utilisation du téléphone portable au volant, des limitations de vitesse, ou encore des améliorations technologiques sur toutes les routes et dans tous les véhicules.

D'après l'OMS, les accidents de la circulation causent la mort de quelques 92500 personnes chaque année en Région européenne. Ils sont même la principale cause de décès chez les jeunes entre 5 et 29 ans.