'La Grèce a besoin de tout notre soutien'

Strasbourg, 30.05.2016 – « Les autorités grecques assurent une charge disproportionnée face à l’Europe, pour s’occuper des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile », a déclaré aujourd’hui Pedro Agramunt, Président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), qui conduisait la délégation en visite les 30-31 mai à Athènes et à Lesbos.

Il a souligné que la Grèce faisait tout son possible pour offrir des capacités d’accueil suffisantes. « Les efforts déployés par la Grèce sont clairs et visibles. Elle a besoin d’un soutien sans faille et d’une solidarité véritable de notre part, a-t-il ajouté. « C’est là une responsabilité commune qui requiert une réaction européenne. Cette responsabilité doit être partagée de façon équitable par les Etats européens, qui doivent satisfaire à leurs obligations en matière de relocalisation ».

M. Agramunt a eu aujourd’hui des entretiens bilatéraux avec le Premier Ministre Alexis Tsipras et le Président du parlement grec Nikolaos Voutis. Parmi les grandes questions discutées figurait la visite, le 22 juin 2016, du Premier Ministre Tsipras à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe au cours de la partie de session de juin de celle-ci, où sera aussi examiné un rapport que Tineke Strik (Pays-Bas, SOC) est en train d’élaborer sur « les réfugiés en danger en Grèce ».
 

Aujourd’hui, la délégation s’est rendue dans les centres d’accueil d’Elliniko et de Skaramangas, et elle sera demain à Eleonas et au Pirée. Le 31 mai, une délégation plus restreinte composée de sept membres et conduite par le Président Agramunt visitera aussi l’île de Lesbos, y compris le centre de tri de Moria, où elle s’intéressera en particulier à la mise en œuvre de l’Accord UE – Turquie et à ses effets sur les réfugiés et les migrants.

La visite est destinée à attirer l’attention sur les difficultés auxquelles la Grèce est confrontée en raison de l’afflux de migrants, de réfugiés et de demandeurs d’asile. Les parlementaires mettront en particulier l’accent sur les conditions de vie de ces personnes et sur leur accès à la protection internationale.
 

« Nous informerons les parlements nationaux de cette visite et du résultat de nos entretiens. J’espère que cela contribuera à rappeler leur responsabilité aux gouvernements et à passer d’une Europe retranchée derrière ses barrières, où quelques Etats mènent une politique isolée pour résister aux énormes pressions exercées sur eux, à une Europe unie par des ponts dans un esprit de solidarité », a conclu M. Agramunt.

Meritxell Mateu (Andorre, ADLE) présentera un rapport sur la visite lors de la prochaine partie de session de l’APCE (20-24 juin 2016).

Actuellement, 55 000 demandeurs d’asile, réfugiés et migrants, provenant pour l’essentiel de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak, sont bloqués en Grèce continentale et dans les îles de la mer Egée.