Enfants intersexes : 'ni honte, ni secret, ni intervention médicale non désirée'

« Il est temps de mettre fin à la honte, au secret et aux interventions médicales non désirées sur des enfants intersexes », ont affirmé d’une seule voix Jonas Gunnarsson (Suède, SOC), rapporteur général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur les droits des personnes LGBT, et Piet De Bruyn (Belgique, NI), rapporteur sur le thème « Promouvoir les droits humains et éliminer les discriminations à l’égard des personnes intersexes », lors de la Journée de sensibilisation aux personnes intersexes.

« La situation des personnes intersexes est encore trop peu connue du grand public », ont ils souligné. « Les personnes dont le corps ne présente pas de caractéristiques sexuelles exclusivement masculines ou féminines sont trop souvent amenées à avoir honte de leur corps. Les enfants intersexes sont fréquemment soumis à des interventions chirurgicales irréversibles et très invasives sans avoir pu donner leur consentement éclairé et les personnes intersexes de tous âges sont victimes de violations de leurs droits humains dans de nombreux aspects de leur vie quotidienne. Les préjugés et l’ignorance exacerbent, en outre, les inégalités auxquelles elles sont en butte ».

« Nous sommes fiers que l’Assemblée parlementaire ait décidé de lancer des travaux sur un projet de résolution visant à promouvoir les droits humains et à éliminer la discrimination à l’égard des personnes intersexes dans toute l’Europe. Aujourd’hui plus que jamais, nous espérons sensibiliser l’opinion publique à ces questions et œuvrer à l’éradication de la discrimination que subissent les personnes intersexes », ont conclu les rapporteurs.