Alep : appel à la cessation immédiate des bombardements aériens par les forces syriennes et russes

La Commission permanente de l’APCE, réunie aujourd’hui à Nicosie, a exprimé sa vive préoccupation concernant la situation à Alep et a appelé à « la cessation immédiate de tous les bombardements aériens sur la ville par les forces syriennes et russes », et à la mise en œuvre immédiate de l’accord de cessez-le-feu conclu en septembre 2016.

Les parlementaires ont fermement condamné les attaques contre des civils, y compris du personnel de santé et des installations médicales, le blocage des convois humanitaires, les disparitions forcées, les exécutions sommaires et autres crimes commis par toutes les parties au conflit. « Ces violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire dont certaines constituent des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité doivent être portées en justice, y compris devant la Cour pénale internationale », ont-ils souligné.

En adoptant à l'unanimité une résolution, sur la base du rapport de Jean-Claude Mignon (France, PPE/DC), la Commission permanente a appelé en particulier les autorités syriennes et leurs alliés, à « autoriser rapidement l’accès sans entraves de l’aide humanitaire ». Le texte adopté souligne qu’un processus politique inclusif dirigé par les Syriens et conduisant à une véritable transition politique doit répondre aux aspirations du peuple syrien et lui permettre de décider de son avenir, de manière démocratique, par le biais d’élections libres et équitables, après stabilisation de la situation dans le pays.

Craignant que l’escalade de la violence n’intensifie encore le conflit en Syrie et dans la région toute entière, en particulier en Irak, et ne représente une menace pour la sécurité mondiale, l’APCE a exhorté la Fédération de Russie, les Etats-Unis et toutes les parties au conflit « à rechercher une position commune et à mener une action internationale conjointe ».