L’APCE encourage l’interdiction de la ‘fracturation’ au profit de solutions énergétiques plus propres et sûres

La Commission Permanente de l’APCE a déclaré que « la fracturation hydraulique (« fracturation ») soulevait plusieurs inquiétudes en matière de santé publique et de protection de l’environnement », et a invité instamment les Etats membres à adopter une législation stricte en la matière, encourageant l’interdiction de la fracturation au profit de solutions énergétiques plus propres et sûres.

Dans une résolution sur l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Europe, adoptée sur la base d’un rapport de Geraint Davies (Royaume-Uni, SOC), l’APCE a soutenu en particulier la nécessité d’imposer à tout projet de fracturation, l’obligation de réaliser une évaluation des incidences sur l’environnement, d’assurer la transparence des processus et la participation des citoyens, ainsi que des poursuites pénales et des indemnisations à l’encontre des entreprises en cas de dommages causés à l’environnement.

Tout en soutenant les efforts déployés par les Etats pour atteindre les objectifs internationaux visant à répondre à la menace des changements climatiques, tels qu’exposés dans l’Accord de Paris, l’APCE a recommandé aux Etats membres de concentrer la recherche et les investissements à long terme sur des alternatives durables, prenant du recul sur les modes actuels de production et de consommation d’énergie, largement dominés par les carburants fossiles.

L’APCE a également encouragé les Etats membres à « prendre le leadership mondial dans le secteur de la technologie renouvelable et de la coopération pour aider les pays en développement à accéder à la croissance de manière durable en bénéficiant de sa juste part d’énergie ».