Albanie : fin de la visite des corapporteurs de suivi

Andrej Hunko (Allemagne, GUE) et Joseph O'Reilly (Irlande, PPE/DC), corapporteurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) pour le suivi des obligations et engagements de l’Albanie, ont terminé leur visite d’information dans ce pays dans le cadre de leurs visites régulières de suivi.

La visite des corapporteurs a eu lieu dans le contexte de manifestations du Parti démocrate et du boycott du travail du Parlement. Les corapporteurs ont réitéré leur soutien à la liberté d’expression et au droit de manifester pacifiquement, mais ils ont appelé les forces politiques à ne pas inciter à la violence ou s’engager dans des actions violentes.

Selon les corapporteurs, boycotter le travail du Parlement ne peut en aucun cas être considéré comme une stratégie politique correcte, car le Parlement est le lieu approprié pour que les forces politiques s’engagent dans un dialogue et essaient de trouver une solution à la situation actuelle. « L’Albanie a besoin à la fois de la majorité et de l’opposition pendant le processus de réformes », ont déclaré les rapporteurs. « Par conséquent, tout boycott aura des conséquences négatives graves pour le pays », ont-ils ajouté.

Les corapporteurs s’inquiètent de ces tensions politiques croissantes en Albanie, qui entravent le rythme positif des réformes qu’ils avaient pu observer lors de leur visite d’octobre 2016. Les attentes du peuple albanais en faveur d’une réforme complète et approfondie du système judiciaire ne doivent pas être déçues. La réforme actuelle aura de profondes répercussions sur le pays, notamment en ce qui concerne l’indépendance et l’efficacité du système judiciaire, la lutte contre les ingérences politiques dans le processus judiciaire et la lutte contre la corruption et le crime organisé. Le contrôle des juges et des procureurs est de la plus haute importance si l’on veut créer un pouvoir judiciaire indépendant et il est essentiel que ce processus se poursuive sans attendre. « Toutes les forces politiques devraient s’abstenir d’entraver cette évolution capitale », ont souligné les corapporteurs.

De plus, les corapporteurs estiment qu’il est essentiel que la loi relative à la dépénalisation soit dûment appliquée. Il est capital que la fonction publique soit « lavée » de tout soupçon à propos de liens avec des éléments criminels avant les prochaines élections législatives de juin.

Les élections approchent et il est crucial que toutes les forces politiques s’engagent dans la préparation du processus électoral de façon à ce que les élections puissent avoir lieu conformément à la Constitution. Certaines des préoccupations exprimées et des lacunes mises en avant par l’opposition concernant la législation et la pratique électorales ont été reprises dans de précédents rapports de l’APCE et doivent être prises en compte et traitées conjointement par toutes les forces politiques. « Nous rappelons que le principal problème en matière d’élections en Albanie est l’absence de volonté politique, parmi les principaux acteurs politiques, pour mettre en œuvre le Code électoral en toute bonne foi et leur volonté de politiser l’administration électorale », ont déclaré les corapporteurs. « Nous sommes ouverts à toute proposition résultant d’un consensus et conforme aux normes européennes qui permettrait d’accroître la confiance dans la tenue de ces élections », ont-ils ajouté.

Convaincus qu’un dialogue politique renouvelé est essentiel pour la poursuite de la stabilité des institutions démocratiques albanaises et pour l’efficacité et la durabilité des réformes, les corapporteurs sont prêts à aider toutes les forces politiques, si elles le souhaitent, afin de garantir le bon fonctionnement des processus démocratiques.

À Tirana, M. Hunko et M. O'Reilly ont rencontré le Premier Ministre, le Président du Parlement, le ministre de la Justice et le Coordinateur national contre la corruption, ainsi que le Président du Parti démocrate, le Médiateur et le Président de la Commission électorale centrale. Ils ont pris part à des réunions avec des représentants d’ONG et de la communauté internationale. Au Parlement, ils se sont entretenus avec la délégation albanaise auprès de l’APCE, les coprésidents de la Commission parlementaire ad hoc sur la réforme judiciaire et la réforme électorale et le Président et le Vice-président de la Commission parlementaire de l’éducation et des moyens d’information, ainsi que de la Commission des questions juridiques, de l’administration publique et des droits de l’homme.