Le Conseil de l’Europe doit renforcer son action dans le domaine des droits sociaux

Selon la Commission permanente de l’APCE, réunie à Prague, le Conseil de l’Europe ne pourra relever des défis prioritaires tels que répondre à la menace populiste, défendre les droits des migrants et des réfugiés, et lutter contre le terrorisme, « sans œuvrer en faveur d’une véritable Europe sociale ».

En adoptant un avis à l'unanimité, sur la base du rapport de George Loucaides (Chypre, GUE) concernant le budget et les priorités du Conseil de l'Europe pour 2018-2019, l’APCE a donc proposé que le programme d’activités du prochain budget biennal « soit renforcé dans le domaine des droits sociaux » et prenne en compte certains objectifs de développement durable des Nations Unies.

Selon les parlementaires, l’Organisation doit également renforcer la coopération intergouvernementale et promouvoir ses traités, notamment vis-à-vis de l’Union européenne, qui n’est Partie qu’à 11 conventions sur les 54 qui lui sont ouvertes. Pour répondre à ces défis, les Etats membres doivent revenir à une croissance réelle du budget, conclut le texte adopté.