Skopje : les corapporteurs saluent la formation d’un nouveau gouvernement et espèrent des réformes durables et inclusives

Au terme d’une visite de trois jours à Skopje, Lise Christoffersen (Norvège, SOC) et Valeriu Ghiletchi (République de Moldova, PPE/DC), corapporteurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) pour le dialogue postsuivi avec « l'ex-République yougoslave de Macédoine », ont fait la déclaration suivante :

« Nous nous félicitons de la formation d’un nouveau gouvernement le 31 mai 2017, en espérant qu’il mettra fin à la crise politique qui perturbe le fonctionnement des institutions démocratiques depuis le mois d’avril 2014. Nous saluons également l’engagement pris par le nouveau Premier ministre, M. Zaev, de promouvoir une gouvernance inclusive et d’œuvrer pour le bien de tous les citoyens, ce qui est capital dans une société divisée ».

« Les attentes des citoyens sont nombreuses. Ils aspirent à des réformes et à une plus grande intégration européenne, et il ne faut pas les décevoir. Des élections législatives anticipées ont eu lieu en décembre 2016 et leurs résultats ont été acceptés par tous les acteurs politiques. Nous encourageons désormais la coalition au pouvoir à jeter des ponts, à écouter les préoccupations et les craintes exprimées par différents pans de la société et à proposer une plateforme politique basée sur l’État de droit, la démocratie et les droits de l’homme, qui aidera à bâtir la cohésion sociale et à panser les plaies ».

« Le pays devra faire face à de multiples difficultés et mener des réformes de taille qui nécessiteront l’adhésion et la participation de toutes les forces politiques, notamment en ce qui concerne la réforme du système judiciaire, le renforcement de la liberté des médias, la dépolitisation des institutions de l’État et une décentralisation effective. En 2015/2016, les quatre grands partis politiques se sont engagés à appliquer l’Accord de Przino et les « priorités de réformes urgentes » parrainés par la Commission européenne. Nous attendons aujourd’hui qu’ils tiennent parole et facilitent le lancement de véritables réformes, profondes et durables, conformément aux recommandations de la Commission de Venise et d’autres mécanismes de suivi du Conseil de l'Europe ».

« Nous prenons note du souhait exprimé par le nouveau président du parlement, M. Xhaferi, d’améliorer le contrôle exercé par l’assemblée législative sur le gouvernement. Nous condamnons une nouvelle fois les attaques violentes et inacceptables qui ont visé des parlementaires dans l’enceinte même du parlement le 27 avril 2017. Le parlement est et doit rester un lieu de débat politique, où des accords sont conclus par des moyens pacifiques et démocratiques. Toutes les mesures doivent être prises pour empêcher ce type de violence de se reproduire et pour garantir le plein respect des institutions parlementaires ».

Reconnaissant le travail de Mme Katica Janeva, « procureure spéciale pour les infractions liées au contenu des interceptions illégales de communications », les corapporteurs de l’APCE espèrent que les procédures relatives aux écoutes téléphoniques illégales se dérouleront correctement, notamment dans les tribunaux. Ils tablent également sur une révision rapide de la loi sur la protection de la vie privée et de la loi sur la protection des lanceurs d’alerte, conformément aux recommandations de la Commission de Venise, pour renforcer ces procédures en cours.

Les corapporteurs de l’APCE ont par ailleurs discuté avec la Commission électorale nationale des travaux en cours de mise à jour des listes électorales. Ils saluent la décision prise hier par le parlement de permettre aux maires de remplir leurs obligations et d’exercer leurs compétences d’ici l’organisation des élections locales trop longtemps différées, qui auront lieu en octobre 2017. « Même s’il est confronté à des épreuves, le pays doit poursuivre son processus de démocratisation et le Conseil de l'Europe est disposé à continuer de soutenir les autorités nationales », ont-ils conclu.

Durant leur visite d’information, les corapporteurs ont rencontré le président du parlement, M. Xhaferi, les dirigeants des groupes politiques, les membres de la délégation de « l’ex-République yougoslave de Macédoine » auprès de l’APCE, la procureure spéciale, le président de la Cour constitutionnelle, le Conseil de la magistrature et la Cour suprême, le président de l’Association des collectivités locales, le président et les membres de la Commission électorale nationale, ainsi que des représentants d’organisations non gouvernementales, de médias et d’organisations internationales.