L'APCE dénonce les méthodes ‘psychologiques’ utilisées pour exercer une influence politique sur les médias

L’Assemblée a dénoncé une série de méthodes utilisées pour exercer une influence politique sur les journalistes allant de menaces physiques et détentions arbitraires à l’intimidation et au harcèlement de rédacteurs et journalistes, en passant par des pressions psychologiques plus « insidieuses » induisant l’autocensure ou la disparition des médias critiques.

Dans une résolution fondée sur un rapport de Stefan Schennach (Autriche, SOC), l’Assemblée a déclaré que le nouvel environnement numérique provoquait des changements en profondeur dans l’industrie des médias, d’où une plus grande vulnérabilité des médias à l’influence politique.

Les parlementaires ont demandé plus de « transparence de la propriété des médias », un ensemble de garanties pour préserver l’indépendance des médias de service public et un examen des dispositions législatives qui peuvent avoir un « effet paralysant » sur les journalistes, notamment les lois relatives à la sécurité nationale, au terrorisme ou à la diffamation.