Une commission appelle à des 'cours sur l'intégrité' dans les établissements scolaires et universitaires

La commission de la culture estime que, s’ils bénéficient d’un soutien adéquat, les jeunes peuvent apporter une « nouvelle culture d’intégrité » à tous les niveaux de la société.

Approuvant le projet de rapport d’Eleonora Cimbro (Italie, SOC), la commission a déclaré que, pour réussir à prévenir la corruption, il était fondamental d’éduquer les jeunes dès le plus jeune âge – en commençant à la maternelle. Elle a réclamé l’inscription, dans les programmes scolaires et universitaires nationaux, de « cours sur l’intégrité, en incluant à la fois les aspects des valeurs personnelles et du comportement éthique et une approche fondée sur les droits de l'homme ».

Les parlementaires ont fait remarquer que « Plus les jeunes prennent les devants, plus les politiques [anticorruption] ont des chances de réussir ». Ils ont ajouté que les jeunes avaient généralement tendance à être plus créatifs, novateurs et audacieux et à mettre mieux à profit les technologies modernes dans la lutte contre la corruption.

Le rapport donnera lieu en temps utile à un débat en Assemblée plénière.