Turquie : les corapporteurs demandent la libération immédiate des défenseurs des droits de l’homme arrêtés

Les corapporteurs de l’APCE pour le suivi de la Turquie, Marianne Mikko (Estonie, SOC) et Nigel Evans (Royaume-Uni, CE), ont fait part de leur profonde préoccupation face à l’arrestation de plusieurs éminents défenseurs des droits de l'homme, le 5 juillet à Istanbul, dont la directrice d’Amnesty International, Idil Eser.

« Ces arrestations, qui ont eu lieu pendant un séminaire de formation sur les défenseurs des droits de l'homme, sont un nouveau signal désastreux à l’heure où la Turquie doit régler de graves problèmes de droits de l'homme, comme le souligne l’Assemblée parlementaire dans sa dernière résolution ».

« Nous appelons à la libération immédiate de ces défenseurs des droits de l'homme et invitons instamment les autorités turques à veiller à ce que les libertés fondamentales, dont la liberté de réunion et la liberté d’expression, soient dûment et effectivement garanties et à s’abstenir de toute nouvelle action ayant un effet dissuasif sur la société », ont déclaré les corapporteurs.

Le 5 juillet 2017, dix défenseurs des droits de l'homme ont été arrêtés et détenus, à savoir : Nalan Erkem et Özlem Dalkiran, (Helsinki Citizens Assembly), Ilknur Üstün (Women's Coalition), Idil Eser et Veli Acu (Amnesty International), Günal Kursun (Human Rights Agenda Association), Nejat Tastan (Association for Monitoring Equal Rights), Seyhmuz Özbekli (Rights Initiative), et Ali Garawi et Peter Steudtner, animateurs.

Le 8 juin 2017, Yves Pozzo Di Borgo (France, PPE/DC), rapporteur de l’APCE sur le thème « assurer la protection des défendeurs des droits de l'homme dans les États membres du Conseil de l'Europe » avait déjà fait part de sa vive préoccupation après l’arrestation de Taner Kiliç, président d’Amnesty International ».