La Jordanie ‘va dans la bonne direction’ mais les réformes avancent plus lentement que prévu

La Jordanie « va dans la bonne direction », bien que les réformes progressent plus lentement que prévu, selon la Commission des questions politiques de l’APCE.

Dans une évaluation réalisée près de deux ans après que le Parlement de Jordanie ait obtenu le statut de « Partenaire pour la démocratie », la commission a instamment invité le parlement à intervenir auprès des autorités pour mettre un terme aux exécutions et réinstaller le moratoire en attendant l'abolition de la peine de mort en Jordanie.

En approuvant un rapport de Josette Durrieu (France, SOC), la commission a également appelé le Parlement de la Jordanie, à intensifier, entre autres, la révision du Code pénal, notamment en vue d'abolir la discrimination à l'égard des femmes.

« L'Assemblée ne devrait surtout pas abandonner la Jordanie en ces moments difficiles, mais continuer de l'accompagner vers cette démocratie à laquelle elle aspire et cet état de droit qu'elle bâtit patiemment », a déclaré la commission dans un projet de résolution adopté aujourd’hui.