Le Parlement ukrainien s’apprête à contribuer davantage à la lutte contre la violence à l’égard des femmes

Alors que l’Ukraine se prépare à introduire une série de nouvelles lois relatives à la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, les députés ukrainiens ont participé cette semaine à Budapest à un séminaire national organisé par l’APCE, qui leur a permis de découvrir ce qu’ils peuvent faire pour soutenir ce processus.

L’Ukraine a signé la Convention d’Istanbul – le traité de référence du Conseil de l’Europe dans ce domaine, qui énonce les principes directeurs pour la protection des femmes et la poursuite des auteurs de violence en justice – dont la ratification par la Verkhovna Rada est imminente.

La convention prévoit, entre autres, la création de mécanismes de lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique – ainsi qu’un nouveau rôle important pour les députés dans la supervision de leur mise en œuvre.

Des députés ukrainiens issus tant du gouvernement que de l’opposition ainsi que des représentants d’ONG travaillant dans le domaine et des experts du Conseil de l’Europe se sont réunis pour clarifier les points importants de la convention et arrêter d’un commun accord la formulation de la nouvelle législation nationale.

Des parlementaires venus de France, d’Autriche, de Géorgie et d’Azerbaïdjan ont également fait part de leurs expériences dans la mise en œuvre de la convention dans leurs pays respectifs, tandis que des victimes de violence domestique étaient présentes pour relater leurs histoires personnelles.

Le séminaire, qui s’est déroulé les 28 et 29 septembre 2017 à Budapest, était organisé par la Division de soutien de projets parlementaires de l’APCE, en coopération avec le Réseau parlementaire pour "le droit des femmes de vivre sans violence" et le bureau du Conseil de l’Europe à Kiev.