Situation humanitaire du peuple Rohingya

Concernant la grave crise humanitaire qui se développe dans l’État d’Arakan, en Birmanie, la Commission des questions politiques, conformément à l’article 47.9 du Règlement de l’Assemblée, a fait la déclaration suivante:

« Une grave crise humanitaire se développe dans l’État d’Arakan, en Birmanie. Les forces de sécurité mènent des opérations contre les Rohingyas musulmans ; des milliers de civils ont été tués. Apparemment, la Birmanie aurait bloqué les organisations d’aide de l’ONU qui apportent des fournitures de première nécessité, et près de 90 000 civils auraient quitté leur domicile pour se rendre au Bangladesh.

Dans l’État d’Arakan de Birmanie, les droits de l’homme et les valeurs du Conseil de l’Europe sont mis à mal et violés. Les membres du Conseil de l’Europe peuvent, et doivent, tout mettre en œuvre pour mettre fin à cette tragédie et assurer la sécurité des civils en Birmanie. Il s’agit d’une tragédie humanitaire et la communauté internationale doit s’en saisir. En l’absence d’action immédiate, la catastrophe humanitaire dans l’État d’Arakan ne peut que s’aggraver davantage.

La première mesure doit être de mettre fin à la violence et de permettre à l’aide humanitaire d’accéder librement à la région. La communauté internationale doit immédiatement fournir une aide humanitaire à cette région.

Les problèmes dans l’État d’Arakan risquent d’avoir des incidences sur la sécurité régionale, comme cela est indiqué dans le rapport final de la commission consultative sur l’État d’Arakan. Les civils qui fuient la région tentent de se réfugier au Bangladesh. Le gouvernement du Bangladesh a d’ores et déjà des difficultés à faire face à cette situation.

Tous les États membres du Conseil de l’Europe devraient être prêts à travailler avec la Birmanie et le Bangladesh pour faire face à la situation humanitaire dans la région dans les plus brefs délais».