"La Convention de Lanzarote aide à faire une différence dans la vie des enfants"

À l’occasion du 10e anniversaire de la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels (ou « Convention de Lanzarote »), la Présidente de l’APCE, Stella Kyriakides, a souligné que l’adoption de l’instrument avait constitué une étape importante vers une meilleure protection des enfants dans le monde d’aujourd’hui. Il s’agit de l’instrument juridique le plus complet pour prévenir la violence sexuelle à l’encontre des enfants et soutenir les enfants victimes d’exploitation ou d’abus sexuels.

« Ces dix dernières années, la Convention de Lanzarote a considérablement contribué à améliorer la vie des enfants dans la mesure où elle fait primer leur intérêt sur toute autre considération. Elle vise avant tout à protéger les droits et les intérêts des enfants victimes d’abus en leur proposant une assistance, tant à court qu’à long terme, en vue d’assurer leur rétablissement physique et psychosocial, et en permettant plus généralement à tous les enfants d’être informés des risques d’exploitation et d’abus sexuels, ainsi que des moyens de se protéger », a-t-elle déclaré.

« Je suis fière de l’importante contribution apportée à ces travaux par notre Assemblée, par le biais de son ancien réseau de parlementaires, créé dans le cadre de la campagne UN sur CINQ, de ce qui a été fait pour encourager un plus grand nombre de pays à ratifier la Convention et à la mettre en œuvre de façon dynamique, ainsi que des mesures que le réseau a prises pour améliorer la visibilité de l’instrument et en renforcer l’impact. C’est certainement grâce aux efforts consentis par notre Assemblée et aux nombreuses activités lancées par des parlementaires individuels au niveau national que l’on a pu enregistrer un si grand nombre de nouvelles ratifications ces dernières années », a-t-elle ajouté.

« Cependant, la Convention n’ayant pas encore été ratifiée par tous les pays, nous ne devons pas nous satisfaire de la situation juridique actuelle. En outre, en tant que parlementaires, il nous faut poursuivre notre action de sensibilisation et promouvoir une mise en œuvre effective de la Convention de Lanzarote, car malgré les progrès accomplis, de très nombreux enfants sont encore victimes de violences sexuelles en Europe », a-t-elle conclu.