George Tsereteli: "Nous devons faire face à de nouvelles réalités, mais ne jamais transiger sur nos principes“

« Il faut que nos assemblées parlementaires continuent de travailler ensemble et de faire face aux réalités nouvelles sans jamais transiger sur nos principes », a déclaré aujourd’hui George Tsereteli, Président de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE, en prenant la parole devant la Commission permanente de l’APCE à Copenhague. Au cours des deux dernières décennies, l’expertise et les efforts conjugués de « nos deux organisations ont joué un rôle essentiel dans la transformation de l’Europe. La complexité de la situation actuelle exige de la créativité pour la traiter efficacement et de bâtir des ponts à plusieurs niveaux : entre et dans les pays, les sociétés, les organisations », a-t-il poursuivi.

« Les problèmes et les menaces dont pâtissent nos territoires respectifs vont malheureusement croissant. D’où une responsabilité sans précédent pour nos assemblées », a-t-il ajouté. Le contexte international est complexe et « exige l’entière coopération entre nos assemblées ainsi qu’avec nos secteurs gouvernementaux respectifs ». Il nous faut canaliser les énergies pour relever les défis et ne pas « les disperser dans une compétition institutionnelle de pure façade ou totalement vaine », a-t-il souligné.

Pour M. Tsereteli, les possibilités sont vastes. L’Assemblée parlementaire de l’OSCE jouit de longue date d’une coopération fructueuse avec la mission d’observation d’élections de l’APCE. « Mais l’approfondissement des liens dans d’autres domaines également ne peut être que bénéfique ». Et il a cité comme exemples la protection des droits humains des migrants et des réfugiés et la défense des droits civils et des libertés fondamentales dans la lutte contre le terrorisme. Vos efforts de monitoring sont également reconnus à vaste échelle comme un important outil du développement démocratique en Europe. « Nous avons beaucoup en commun et beaucoup à faire ensemble», a conclu M. Tsereteli.