Turquie: trois rapporteurs consternés par la nouvelle arrestation du Président d'AI, demandent sa prompte libération

Marianne Mikko (Estonie, SOC) et Nigel Evans (Royaume-Uni, CE), corapporteurs pour le suivi de la Turquie, et Egidijus Vareikis (Lituanie, PPE/DC), rapporteur sur la protection des défenseurs des droits de l'homme dans les Etats membres du Conseil de l'Europe, ont aujourd’hui publié la déclaration conjointe suivante:

« Taner Kiliç, Président d'Amnesty International Turquie, va être renvoyé en détention provisoire, où il a été placé sans interruption depuis son arrestation en juin 2017. Le tribunal d'Istanbul qui a ordonné avant-hier sa remise en liberté a annulé hier sa propre décision suite à l’appel interjeté par le procureur. Ces développements s’ajoutent à nos préoccupations concernant l'indépendance du judiciaire et le recours excessif à la détention provisoire. C'est aussi un signal clair et dissuasif envoyé aux militants de la société civile qui vont le ressentir comme un coup supplémentaire porté à leurs activités.

Nous continuerons à suivre ces développements inquiétants, qui ont un impact sur l'ensemble de la société turque. Nous attendons la libération rapide de Taner Kiliç et exhortons les autorités turques à abandonner toutes les charges retenues contre lui et ses collègues, qui font face à des accusations liées au terrorisme après avoir mené des activités de défense des droits de l’homme. Nous réitérons notre ferme appel aux autorités turques à respecter leurs obligations envers le Conseil de l'Europe, en particulier à garantir un procès équitable, et à restaurer et protéger la liberté d'expression, d'association et de réunion, qui sont les pierres angulaires de toute démocratie dynamique et authentique ».