L’APCE pourrait presque être définie comme Assemblée parlementaire des droits de l’homme, selon son Président

S'adressant à la Commission Permanente à Paris avant un échange de vues avec le Président de la Cour européenne des Droits de l'Homme, Guido Raimondi, le Président de l'APCE, Michele Nicoletti, a mis en garde qu’en tant qu’Assemblée que l’on pourrait presque définir comme « l'Assemblée parlementaire des droits de l'homme, notre position est claire : le rendement ne doit pas être assuré au détriment de l'efficacité du système de protection ».

Il a également rappelé l'obligation de l'Assemblée, en étroite coopération avec la Plateforme du Conseil de l'Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, de rester concentrée sur les récents assassinats de journalistes d'investigation. « Nous ne pouvons pas accepter de vivre dans un continent où les journalistes sont harcelés, agressés physiquement ou tués, simplement à cause de leur travail. Sans médias libres et sans liberté d’expression, il ne peut y avoir de société libre », a-t-il conclu.