Pour un réseau universitaire de lutte contre la corruption

La Commission des questions politiques de l'APCE a appelé les universitaires et les chercheurs dans toute la zone d’action du Conseil de l'Europe à se regrouper en un réseau transnational afin de lutter contre la corruption, et a encouragé la mise en œuvre des conventions du Conseil de l'Europe dans ce domaine.

Cette idée a été proposée par le Président de l'APCE, Michele Nicoletti, qui a préparé l’année dernière un rapport pour l'Assemblée sur « Promouvoir l’intégrité dans la gouvernance pour lutter contre la corruption politique ».

Dans une déclaration adoptée aujourd'hui lors d'une réunion à Athènes, la commission a déclaré que le Conseil de l'Europe – grâce à sa grande expertise et en particulier aux travaux du GRECO – peut jouer un « rôle stratégique » en soutenant l’action des gouvernements pour lutter contre la corruption par le biais d’un réseau de ce type.

« Ce réseau universitaire pourrait être un puissant mécanisme de partage des connaissances et de soutien au développement de la conscience citoyenne et pourrait favoriser les bourses d’études et l'innovation dans la lutte contre la corruption », a déclaré la commission. « La promotion d'une alliance solide avec le monde de la culture, les écoles et les universités contribuera à promouvoir l'intégrité et à lutter contre la corruption à tous les niveaux et dans toutes nos institutions ».

Le Centre de droit international public d'Athènes s'est proposé d'être un partenaire de ce réseau et de lui servir de « plate-forme d'engagement ».