Plus de diversité dans la vie politique

Les femmes, les personnes issues de l’immigration, les minorités, les jeunes, les personnes LGBTI et les personnes handicapées sont encore sous-représentés dans la vie politique, estime la Commission permanente de l’APCE, réunie aujourd’hui à Zagreb. Cela perpétue l’idée que la politique est réservée à un groupe restreint, « composé principalement d’hommes blancs hétérosexuels de plus de cinquante ans », a-t-elle déclaré.

En adoptant à l’unanimité une résolution, basée sur le rapport de Killion Munyama (Pologne, PPE/DC), l’APCE a proposé une série de mesures pour améliorer la participation et la représentation des personnes d’origines diverses dans le système politique. « Une plus grande représentativité des institutions élues améliorerait la qualité et la légitimité de leur prise de décisions et renforcerait la confiance des citoyens dans le système politique », ont souligné les parlementaires.

Enfin, l’Assemblée a appelé les parlements nationaux à rendre leurs travaux plus transparents et inclusifs, en adoptant en interne des mesures pour lutter contre le discours de haine, et a invité les partis politiques à promouvoir la diversité et l’égalité dans leur fonctionnement interne.