Elaborer des discours alternatifs à la propagande terroriste

Suivant les conclusions du rapport de Liam Byrne (Royaume-Uni, SOC), la Commission permanente, réunie aujourd’hui à Zagreb, a appelé les Etats membres à élaborer des discours alternatifs à la propagande terroriste et à l’extrémisme violent. Ces messages « adaptés, flexibles et positifs » pourraient contribuer à nuire à l’autorité des dirigeants terroristes et dénoncer l’hypocrisie du discours extrémiste violent », ont déclaré les parlementaires.

Selon la résolution adoptée, les Etats membres devraient élaborer des contre-discours en promouvant la notion de « valeurs partagées », c’est-à-dire les traditions éthiques communes à la fois à la Convention européenne des droits de l’homme et à l’islam, et utiliser des vecteurs crédibles de ces messages – notamment des femmes, des victimes du terrorisme, des terroristes repentis, d’anciens détenus – et une diversité de médias – les SMS, la télévision, la radio, la presse, internet.

Les établissements scolaires doivent aussi jouer pleinement leur rôle « dans la formation de citoyens actifs dotés d’un sens des responsabilités et de réflexion critique, prêts à défendre les valeurs de la démocratie », ont souligné les parlementaires.

Enfin, l’Assemblée a appelé le Comité des Ministres à demander au Comité de lutte contre le terrorisme du Conseil de l’Europe de préparer des lignes directrices sur la conception de discours et de messages destinés à contrer la propagande terroriste.