L’APCE énonce des conditions strictes pour retirer un enfant de la famille en 'dernier ressort'

Les décisions de protection sociale visant à retirer les enfants de la famille ne devraient s’appliquer qu'en « dernier ressort », que pendant la période nécessaire et devraient être « une réponse proportionnée à une évaluation crédible et vérifiable par les autorités compétentes, démontrant qu’il y a un risque de préjudice réel et sérieux pour l’enfant, et pouvant faire l’objet d’une révision judiciaire », a déclaré aujourd’hui l’APCE.

« Les enfants ont le droit d’être protégés de toute forme de violence, de maltraitance et de négligence », ont déclaré les parlementaires dans une résolution basée sur un rapport de Valeriu Ghiletchi (République de Moldova, PPE/DC). « Ils ont cependant aussi le droit de ne pas être séparés de leurs parents contre leur gré, à moins qu’[…] une telle séparation soit absolument nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant ».

« L’intérêt supérieur de l’enfant devrait être pris en considération de façon primordiale », ont-ils réaffirmé, reconnaissant que la mise en application de ce principe dépend en pratique du contexte et des circonstances spécifiques.

Les autorités devraient « se concentrer sur le processus » afin de trouver les meilleures solutions pour les enfants comme pour leurs familles, a déclaré l’Assemblée, recommandant de mettre en place des processus sûrs et adaptés aux enfants, un soutien aux familles en temps utile et dans un esprit positif, des systèmes de protection de l’enfance ouverts et transparents et un personnel qualifié et régulièrement formé.